Actualités

1Avril 2021

Stop au plumage des oies vivantes

Alors que le Conseil de l'Europe a adopté la recommandation du 22 juin 1999 concernant les oies  domestiques qui prescrit dans son article 23-3 que « les plumes, y compris le duvet ne doivent pas  être arrachés sur des animaux vivants », le plumage des oies vivantes continue d'avoir lieu sur le  territoire de l'Union européenne. Le plumage sur les oies vivantes représente en effet jusqu'à 80% de  la collecte mondiale de plumes, et les 6 principaux producteurs sont des pays européens tels que la  Hongrie, la Pologne ou la France. 

Or, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié en 2010 un avis favorable à la  collecte des plumes sur les oiseaux vivants, considérant que la récolte des plumes en phase de mue  éviterait la douleur et la lésion des tissus pour l'animal. Certes, l'EFSA propose la mise en place d'un  système de contrôle pour garantir que seules les plumes en phase de mue soient récoltées, mais un  tel contrôle serait forcément illusoire. 

En effet, une oie ne mue pas de manière uniforme sur l'ensemble de son corps, et toutes les oies d'un  troupeau ne muent pas en même temps. L'arrachage des plumes est donc inévitable, et avec lui son  lot de souffrance pour les animaux victimes d'un tel traitement. Par ailleurs, l'EFSA avance une vision  toute relative du « bien-être animal », puisqu'elle considère que celui-ci peut se mesurer à partir du  nombre d'os cassés ou disloqués et de la suffocation des oies… 

La pratique barbare du plumage des oies vivantes heurte la sensibilité de nos citoyens.

Partager :
13

Restez informé(e) grâce à notre newsletter

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de la lettre d'information fournie par l'Association Stéphane Lamart.